Skip to content Skip to main navigation Skip to footer

Influenza aviaire : Passage au niveau de risque élevé

Lisez cet article en 2 minutes

La France passe au niveau de risque « élevé » sur le territoire hexagonal

Depuis le début du mois d’août, 130 cas ou foyers d’influenza aviaire ont été détectés dans la faune sauvage ou dans des élevages en Europe, notamment au bord de la mer du Nord et de la mer Baltique, dont trois foyers dans des élevages allemands. Dans le même temps, la claustration de tous les élevages professionnels ont été décidés aux Pays-Bas à la suite de la détection d’un foyer dans un élevage de poules pondeuses. En Italie, six foyers ont été détectés dans des élevages de dindes de chair dans la région de Vérone depuis le 19 octobre.

Dans ce contexte et à l’approche de la période migratoire à risque, le niveau de risque passe à « élevé »
sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Ce relèvement du niveau de risque suit les recommandations scientifiques et sanitaires dans l’objectif de se prémunir au mieux de conséquences dramatiques pour les filières avicoles, déjà fortement touchées par la crise de novembre 2020 – mai 2021. Il intervient après information le 4 novembre des professionnels des filières avicoles et de la Fédération Nationale des Chasseurs.

Le passage au niveau de risque « élevé » implique la mise en place des mesures de prévention suivantes sur l’ensemble du territoire métropolitain :

  • mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux et la claustration ou mise sous filet des basses-cours ;
  • interdiction de l’organisation de rassemblements et de la participation de volailles, gibiers à plumes ou oiseaux d’ornement à tout concours, foire, spectacle ou marché organisé sur le territoire métropolitain ;
  • conditions renforcées pour le transport, l’introduction dans le milieu naturel de gibiers à plumes et l’utilisation d’appelants ;
  • interdictions des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France jusqu’au 31 mars 2022 ;
  • vaccination obligatoire dans les zoos, pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Ces mesures sont accompagnées d’une surveillance clinique quotidienne dans tous les élevages (commerciaux ou non commerciaux). Elles ont pour but de protéger les volailles domestiques d’une potentielle contamination.

Si une mortalité anormale est constatée : conserver les cadavres dans un réfrigérateur en les isolant et en les protégeant et contactez votre vétérinaire ou la direction départementale en charge de la cohésion sociale et de la protection des populations.

Contacts DDETSPP
Mail : ddetspp-spa@dordogne.gouv.fr
Tel : 05 53 03 66 68

Plus d’informations :

Cet article vous a plu ? Notez-le !
X
Send this to a friend