Germaine Tillion, grande figure de la Résistance

Samedi 30 septembre 2017, rue Rudolf Noureev à Bergerac, sera inauguré le Centre Social Germaine Tillion.

Germaine Tillion épousera une carrière d’ethnologue. Celle-ci va la conduire à étudier la population berbère vivant dans le massif algérien d’Aurès en s’y rendant à plusieurs reprise. On est alors dans les années 1930.

Durant la seconde guerre mondiale, Germaine Tillion va entrer très rapidement en Résistance en compagnie des scientifiques du Musée de l’Homme. Ses actes de bravoure la conduiront en prison. Elle sera déportée à Ravensbrück.

La scientifique, rescapée des camps, fera son retour au Musée de l’homme, où, dans le cadre de l’histoire contemporaine elle travaillera sur la déportation. Elle sera l’une des premières à témoigner de la vie dans les camps.

Femme de courage, de science et de culture, Germaine Tillion prendra position contre les crimes et tortures en Algérie. Un pays où, lors d’une de ses missions, elle créera les centres sociaux en 1955 pour permettre «  un accès aux paysans algériens à l’enseignement le plus élevé et à ceux qui le voulaient d’avoir un métier ».

Germaine Tillion s’est éteinte en 2008 dans sa 101ème année. Elle a fait son entrée au Panthéon le 27 mai 2015.

  • Le Centre Social Culturel et Sportif Germaine de Tillion sera inauguré à 11h, samedi 30 septembre 2017, rue Rudolf Noureev.
X