Skip to content Skip to main navigation Skip to footer

Les vins de Bergerac au lendemain du confinement

Lisez cet article en < 1 minute

Jean-Jacques Lacoste est le président de l’AOC Bergerac et Côtes de Bergerac. Il évoque dans cet entretien les difficultés rencontrées par la profession durant le confinement.

Comment se porte le moral des vignerons ?
Jean-Jacques Lacoste : on est au point mort et on se rattache aux bases de notre métier. La venue des touristes sera l’épreuve de vérité. Pour certaines propriétés, la situation est catastrophique. D’autres ont plus de chance de s’en sortir. Cela dépend des axes de commerce. C’est le secteur de l’exportation qui est particulièrement touché. Globalement, on note une baisse du chiffre d’affaire et une baisse des volumes sortis des chais.

Quelles solutions s’offrent à vous ?
Il y a aujourd’hui une mesure de distillation de crise mais ce n’est pas un prix énorme. Bergerac a toujours collectionné les problèmes et s’en est toujours sorti. On va y arriver, on va rebondir. Pour cela il va falloir créer, utiliser l’outil numérique et faire preuve d’innovation.

Aujourd’hui, quels sont les atouts des vins de Bergerac ?
Ils sont de plusieurs ordres. Le rapport qualité prix est imbattable. Puis il y a l’accueil des vignerons. Ils sont passionnés par le métier et par leurs produits. Ils ne sont jamais avares d’histoires et d’anecdotes. La route des vins compte pas moins de 120 vignerons en mesure d’accueillir les visiteurs à bras ouverts. Et puis on espère que Bergerac pourra mener des animations. C’est pour nous une belle vitrine.

L’appellation Bergerac et Côtes de Bergerac compte 700 vignerons

X
Send this to a friend