Le moustique tigre (Aedes albopictus)

La commune de Bergerac est touchée par les nuisances provoquées par le moustique tigre, Aedes albopictus, qui colonise la France métropolitaine depuis 2004

Ce moustique provoque une nuisance importante pour la population humaine par les piqûres qu’il effectue (il est très agressif en journée) et représente un risque sanitaire non négligeable. En effet, il a la capacité de transmettre des pathogènes tels que les virus responsables des maladies dites de la dengue, du chikungunya et du zika. En 2018, la Ville de Bergerac a fait appel à l’entreprise Altopictus pour l’assister dans la mise en place d’un diagnostic visant à étudier la présence d’Aedes albopictus sur le territoire de la commune. Des prospections ont été menées dans divers lieux et bâtiments de la commune. Il a été repéré principalement dans les zones pavillonnaires. Le moustique tigre ne pond ses œufs que dans de petites collections d’eau (quelques litres) pour assurer la survie de l’espèce (absence de prédateurs, montée rapide du niveau de l’eau).

Méthodes ciblées

Aujourd’hui, une seule méthode de lutte ne suffit pas pour éradiquer ou du moins limiter la prolifération. Plusieurs méthodes associées peuvent être efficaces. On parle de la lutte intégrée. Ces diverses méthodes vont cibler un ou plusieurs stades de la vie du moustique tigre. Elles peuvent être physiques (destruction des gîtes larvaires), chimiques (traitement insecticide), biologiques (prédateurs), génétiques (technique du mâle stérile) mais aussi d’ordre informatif afin de favoriser la lutte communautaire et l’action de tous. La réduction des nuisances n’est réalisée qu’en abaissant les densités de populations de moustiques présentes sur la commune.

La suppression des larves

L’élimination des larves doit être la priorité de tous. Le stade larvaire est le plus simple à cibler puisqu’il est plus facile de trouver les collections d’eau stagnante qui contiennent des larves que de localiser les gîtes de repos des adultes. De plus, les traitements larvicides à l’aide du Bti (un bio-insecticide, non nocif pour l’homme et pour l’environnement) sont plus durables et ont un impact environnemental moindre.

Traitement du Pissesseaume

À titre expérimental, la Ville a prévu de réaliser au printemps 2019, un traitement larvicide sur ce ruisseau afin d’évaluer son impact sur la prolifération du moustique tigre. Cette action doit être impérativement complétée par la mobilisation active des riverains.

Diagnostic à domicile sur rendez-vous

Pour accompagner les Bergeracois dans cette lutte, la Ville prépare la mise en place d’un programme d’action à l’échelle de l’ensemble des bâtiments communaux et espaces publics pour limiter la présence de gîtes larvaires. Parallèlement, les administrés pourront bénéficier de conseils d’agents formés à la lutte contre le moustique à leur domicile en prenant rendez-vous auprès du Service : Prévention/Sécurité/Salubrité au 05 53 74 66 66

Arrêté municipal

Les habitants doivent prendre conscience de leur rôle dans la destruction des gîtes larvaux. C’est pourquoi le maire et les services préparent un arrêté fixant, en ce domaine, les obligations de chacun.

Le moustique tigre : comment éviter son développement

Infographie : EID Méditerranée
INFOS EN +
INFOS EN +
X