Skip to content Skip to main navigation Skip to footer

Il prend la maladie de haut

Lisez cet article en 3 minutes

Quand un masseur de Bergerac, spécialisé dans le sport, se lance un défi pour récolter des fonds pour la recherche contre la maladie de Charcot, cela donne forcément un moment chargé d’émotions et de sensations fortes. Le dimanche 29 août, Jean-Marc Saint-Amand va s’élancer depuis les cieux et réaliser un triathlon inoubliable, pour la bonne cause.

Un triathlon sportif particulier

Une montée ascensionnelle à 8m/secondes. Presque 15 minutes pour atteindre 4000 mètres d’altitude. Puis, le Pilatus PC-6 de l’aéroclub de la Réole, un avion spécialisé dans le largage de parachutistes, se stabilisera. Le seul bruit que Jean-Marc Saint-Amand entendra alors sera le vrombissement du moteur. Puis la concentration, la préparation, la mise en place devant la porte d’accès, la vue imprenable sur toute la région et enfin, la chute. Seul le vent résonnera à ses oreilles pendant qu’il descendra à plus de 50 mètres par seconde, le tout à 200 km/h. La première épreuve d’un triathlon qu’il a prévu de réaliser seul, le dimanche 29 août prochain. La suite, est plus connue des amateurs de l’activité sportive. Une course à vélo de 40 kilomètres autour de l’aérodrome, suivi de 10 kms de course à pied. Le départ est annoncé aux alentours de 12h30.

Encourager les gens à se sensibiliser à la cause

L’unique but de tout ça étant bien évidemment la récolte de fonds pour la recherche contre la maladie de Charcot. Cette maladie appelée sclérose latérale amyotrophique, est extrêmement agressive. Elle se caractérise par une dégénérescence progressive de nombreuses fonctions du cerveau et s’attaque donc à la musculature squelettique des membres. C’est pourquoi Jean-Marc, à sa manière, a voulu lancer cette course folle associée à une cagnotte Leetchi. « Il n’y a pas de montant précis, le minimum est à 1€. Le plus important est de pouvoir participer » précise t-il. Mme Lajonie, présidente de l’association  » les p’tits bouts » et Yohan Durand, athlète français, spécialiste de la course de fond sont partenaires de l’action.  » Il y a également deux sponsors : Décathlon et Intersport « . A noter que cet événement sera retransmis en ligne, sur Facebook, du saut en parachute jusqu’à l’arrivée de la course à pied.

Un passionné de sport

Masseur professionnel basé à Bergerac, il est aussi intervenant à l’US La Catte et à l’USB. Un passionné du sport, qui n’a pas choisi le saut en parachute pour rien. « J’ai commencé en 2010 » se remémore Jean-Marc. Une expérience en saut de plus de 10 ans, pour quelqu’un passé notamment par Arcachon, Agen ou encore Soulac. Une préparation physique ,essentielle pour ce type d’événement, est réalisée pendant 3 mois. Participant aux championnats du monde de sport en entreprise à La Baule en 2018, au milieu de 6000 sportifs, il a l’habitude des défis sportifs en tout genre. Lorsque la cause est aussi belle, on espère pour lui une vraie réussite pour ce type d’aventure. « Je voulais réaliser tout cela à Bergerac, mais l’école de parachutisme de la ville a fermé il y a plusieurs années et il est très difficile de faire venir un avion uniquement pour un saut d’une personne ». L’occasion pour lui de renouveler l’expérience peut-être dans le futur, mais en terre périgourdine cette fois-ci.

X
Send this to a friend